Vue d'ensemble et résultats systémiques

From Burkina Faso ONSP

Jump to: navigation, search

L’objectif général du PNDS 2011-2020 est de contribuer à l’amélioration de l’état de santé des populations. Pour atteindre cet objectif, huit orientations stratégiques ont été retenues. Chacune de ces orientations stratégiques est traduite en objectifs spécifiques, en axes d’interventions et en actions prioritaires.

La mise en œuvre du PNDS 2011-2020 se fondera sur une approche sectorielle à tous les niveaux du système national de santé, en fonction des attributions de chacun et de manière conjointe avec l’ensemble des acteurs. Cette approche sectorielle vise à i) renforcer davantage le leadership du gouvernement dans la conduite d’un programme unique autour duquel adhère l’ensemble des partenaires ii) renforcer le partenariat et une mobilisation coordonnée des ressources en faveur du PNDS, iii) mettre en œuvre l’harmonisation fiduciaire des mécanismes de l’aide au développement et iv) renforcer la coordination technique.

Par ailleurs, l’opérationnalisation du PNDS se traduit également, au niveau national, par une série de plans stratégiques (traitant notamment de la santé maternelle, néonatale et infantile, de la lutte contre le paludisme, le VIH/SIDA, du développement des ressources humaines", etc.), au niveau régional par les plans de développement sanitaire régionaux et au niveau district sanitaire, par les plans de développement sanitaire des districts.

Au cours de la période 2011-2015, l’effort de recrutement a été considérable avec pour conséquence un effectif total qui est passée de 19 000 à 26 127 agents, soit plus de 1 000 recrutements par an. Les dépenses liées aux ressources humaines en santé sur le budget de l’Etat ont connu une augmentation conséquente de 51% entre 2011 et 2015.

Le pourcentage de formations sanitaires (CSPS) remplissant les normes minimales en personnel est passé de 83,1% en 2010 (année de base) à 94,8% en 2015 (cible 90%). Sur la même période les ratios personnels/population sont passés de 1/22 063 à 1/15 518 pour les médecins (cible 1/18 000), de 1/5 151 à 1/4 243 pour les IDE (cible 1/5 000) et de 1/14 883 à 1/7 743 pour les sages-femmes (cible 1/10 000). En 2015, 14 CMA sur 45, soit 31% disposent d’au moins deux médecins formés en chirurgie d’urgence.

L’augmentation du nombre d’infrastructures sanitaires publiques est passée de 1897 en 2011 à 2060 en 2015 et il s’est accompagné d’une amélioration du rayon moyen d’action théorique qui est passé de 7,3 km en 2001 à 6,8 km en 2015 pour une cible de 6 km. Toutefois, il persiste encore des disparités en matière de couverture sanitaire aussi bien entre les régions sanitaires qu’à l’intérieur des régions. En 2015, l’étendue de l’écart entre la région la plus favorisée et la moins favorisée était de 9 km et atteint 15 km pour les districts.

La part du budget de l’Etat consacrée à la santé a régulièrement augmenté au cours de la première phase de mise en œuvre du PNDS sur la période 2011-2015, passant de 9,1% en 2011 à 12,6% en 2015.

Tableau 15:Dépenses de santé de 2011 à 2014
INTITULE 2011 2012 2013 2014
Population (en millions) 16.2 16.8 17.8 18.4
PIB (millions FCFA) 4 806 540 5 476 080 5 965 400 6 178 189
Dépenses Totale en santé (millions FCFA) 309 925 340 095 388 551 380 058
Dépenses des ménages (millions FCFA) 113 039 115 762 120 316 125 078
Dépenses publiques en santé (millions FCFA) 91 055 102 727 130 654 140 252
Dépenses publiques de santé en % des dépenses totales de santé 32 30.3 33.8 36.9
Dépenses de santé par habitant (FCFA) 18 819 20 195 21 937 21 256
Dépenses de santé par habitant (1$ US= 500 FCFA) 30 40 44 43
Dépenses de santé en % du PIB 6 5.7 7.5 6.2
Dépenses de santé des ménages en % des dépenses totales de santé 37 34.2 31.7 32.9
Dépenses assurance maladie en % dépenses totale de santé 1.3 1.4 1.4 2.70
Dépenses assurance maladie en % des dépenses de santé des ménages 3.2 3.7 4.2 7.60

Les dépenses de santé en pourcentage du PIB ont une évolution en dent de scie passant de 6% en 2011 à 7,5% en 2013 pour retomber à 6,2% en 2014.

En moyenne 7,5 milliards FCFA par an du budget du ministère de la santé sont transférés aux collectivités locales pour assurer le fonctionnement et des investissements dans les CSPS placés désormais sous leur responsabilité dans le cadre de la décentralisation.

Parmi les mécanismes mis en jeux pour le financement du PNDS : Le budget de l’état, l’appui budgétaire sectoriel, le Fonds ou panier commun, les Projets et programmes, Le financement basé sur les résultats (FBR).