Politiques générales sur la santé au pays

From Burkina Faso ONSP

Jump to: navigation, search

Le Burkina Faso adhère aux principes des soins de santé primaires qui sont, entre autres, l’acceptabilité, l’efficacité et l’efficience des soins de santé, la réactivité des services de santé, l’accès universel aux soins, la coordination et la collaboration intersectorielle, la participation individuelle et collective.

La Constitution reconnaît la santé comme un droit fondamental, droit préalable à la jouissance des autres droits fondamentaux. Par conséquent, il incombe à l’Etat de formuler et de mettre en œuvre une politique nationale de santé pertinente et cohérente tenant compte des réalités nationales et du contexte international.

Compte tenu des changements importants intervenus dans le monde et plus particulièrement dans la région africaine et au plan national, il s’est avéré nécessaire de réviser la politique sanitaire nationale adoptée en 2000 afin d’impulser une nouvelle dynamique au développement sanitaire national. La vision du gouvernement en matière de santé se décline comme étant le meilleur état de santé possible pour l’ensemble de la population.

La politique nationale de santé définit les grandes orientations nationales en matière de santé. Le but de la politique nationale de santé est de contribuer au bien-être des populations. L’impact attendu de la mise en œuvre de cette politique est la réduction significative des charges de morbidité et de mortalité générales et spécifiques au sein de la population à travers l’implication de tous les secteurs et acteurs du développement socio-économique du Burkina Faso. La politique nationale de santé repose également sur les engagements du gouvernement vis-à-vis de la communauté internationale de par son adhésion à des instruments juridiques en matière de santé tels que : (i)la Déclaration universelle des droits de l’Homme, (ii) le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, (iii) la Charte africaine des droits de l’Homme et des Peuples, (iv) la Convention relative aux droits de l’enfant, (v) la Convention relative à la lutte contre toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, la plate-forme de Beijing, (vi) la Déclaration du millénaire pour le développement, (vii) la Déclaration des Chefs d’Etat de l’UA sur «la santé, base du développement» et sur le SIDA, (viii) la Déclaration de Paris et de Rome sur l’efficacité de l’aide publique au développement, (ix) la Déclaration de Ouagadougou sur les soins de santé primaires et les systèmes de santé en Afrique, (x) la Déclaration du forum mondial de Bamako sur la recherche et le développement.

Au plan national, le pays a adopté des textes et politiques traduisant la volonté politique du gouvernement en faveur de la santé et du bien-être des populations et qui sont, entre autres : (i) le Code de la santé publique, (ii) le Code des personnes et de la famille, (iii) le Code de l’environnement et de l’eau, (iv) la politique nationale genre, (v) la politique nationale Population, (vi) la loi sur la santé de la reproduction et celle relative à l’infection à VIH.

Les valeurs qui sous-tendent la présente politique nationale de santé sont : l’équité, la justice sociale, la solidarité, l’obligation de rendre compte, l’éthique, la probité, le respect de l’identité culturelle des communautés et des droits des usagers, le droit des populations à l’information sur la santé ainsi que l’approche genre et la bonne gouvernance.

La politique nationale de santé repose également sur les engagements du gouvernement vis-à-vis de la communauté internationale de par son adhésion à des instruments juridiques en matière de santé tels que : (i) la Déclaration universelle des droits de l’Homme, (ii) le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, (iii) la Charte africaine des droits de l’Homme et des Peuples, (iv) la Convention relative aux droits de l’enfant, (v) la Convention relative à la lutte contre toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, la plate-forme de Beijing, (vi) la Déclaration du millénaire pour le développement, (vii) la Déclaration des Chefs d’Etat de l’UA sur «la santé, base du développement» et sur le SIDA, (viii) la Déclaration de Paris et de Rome sur l’efficacité de l’aide publique au développement, (ix) la Déclaration de Ouagadougou sur les soins de santé primaires et les systèmes de santé en Afrique, (x) la Déclaration du forum mondial de Bamako sur la recherche et le développement.

Au plan national, le pays a adopté des textes et politiques traduisant la volonté politique du gouvernement en faveur de la santé et du bien-être des populations et qui sont, entre autres : (i) le Code de la santé publique, (ii) le Code des personnes et de la famille, (iii) le Code de l’environnement et de l’eau, (iv) la politique nationale genre, (v) la politique nationale Population, (vi) la loi sur la santé de la reproduction et celle relative à l’infection à VIH.

Les valeurs qui sous-tendent la présente politique nationale de santé sont : l’équité, la justice sociale, la solidarité, l’obligation de rendre compte, l’éthique, la probité, le respect de l’identité culturelle des communautés et des droits des usagers, le droit des populations à l’information sur la santé ainsi que l’approche genre et la bonne gouvernance.

Le Burkina Faso adhère aux principes des soins de santé primaires qui sont, entre autres, l’acceptabilité, l’efficacité et l’efficience des soins de santé, la réactivité des services de santé, l’accès universel aux soins, la coordination et la collaboration intersectorielle, la participation individuelle et collective.