Participation de la société civile

From Burkina Faso ONSP

Jump to: navigation, search

Elle souffre cependant d’insuffisances importantes dont, entre autres, l’absence de directives claires qui orientant la gestion saine des SBC et le choix biaisé comme ASBC de personnes influentes de la communauté ou de membres de leur famille. La participation communautaire est aussi perçue et apprécié par la contribution des populations à travers leurs représentants et l’exemple le plus illustrant est la création des COGES. Selon l’évaluation des COGES commanditée par le ministère de la santé en 2005 a montré beaucoup d’insuffisances en termes d’insuffisance de mise en place des COGES participation aux activités, à la tenue des rencontres statutaires et à la mobilisation sociale. Après la relecture des textes relatifs à la mise en place et du fonctionnement des COGES, un renouvellement effectif des nouveaux COGES a été fait . Aucune étude d’envergure nationale n’a été faite dans ce sens.

Quant à la contractualisation, elle est reconnue comme une bonne stratégie de développement qui est en adéquation avec l’esprit de la santé communautaire. Impliquant la société civile, elle permet aux associations choisies (les OBC-E) de relayer les agents de santé dans les activités qu’ils n’ont pas le temps de réaliser. Cependant, des questions de fond se posent et constituent des obstacles à l’efficacité et à la pérennité de la contractualisation. Elles sont en partie d’ordre financier. Par exemple, les allocations sont toujours inférieures au besoin de financement des plans d’action des OBC-E et ne permettent pas la réalisation des activités planifiées de ces organisations.

En ce qui concerne la couverture géographique, la contractualisation renforce les inégalités dès lors que des districts sont largement couverts par des OBCE alors que d’autres le sont moins ou ne le sont pas. La rigidité des critères de sélection des associations et l’insuffisance des ressources ont certainement été les facteurs limitant le nombre d’OBC-E recrutées. Il faut dire que les acteurs de la société civile sont partie prenantes des politiques et autres orientations stratégiques. Les exemples les plus visibles sont leur l’élaboration de la stratégie nationale de promotion de la santé et à la lutte contre le tabac.