Ministère de la santé et autres institutions impliquées dans la santé et les services sociaux

From Burkina Faso ONSP

Jump to: navigation, search

L’organisation du ministère de la santé est régie par les dispositions du décret n°2015-663/PRES-TRANS/PM/MS du 22 mai 2015 et s’articule autour de deux structures principales que sont le cabinet du ministre et le Secrétariat général. Le cabinet du ministre comprend le directeur de cabinet, les conseillers techniques (CT), l’inspection technique des services de santé (ITSS), la cellule des chargés des missions, le secrétariat permanent du conseil national de santé (SP/CNS), le secrétariat particulier (SP), le service du courrier, le protocole du ministre, la sécurité.

Outre ces différentes structures qui composent le cabinet du ministre de la santé, il existe le comité national de bioéthique (CNBE) qui lui est rattaché. En ce qui concerne le secrétariat général, il est composé des services du secrétariat général, des structures centrales, des structures déconcentrées, des structures rattachées et des structures de mission. Le secrétariat général dispose d’un bureau d’étude, d’un secrétariat particulier et d’un service central du courrier ; Les structures centrales sont celles qui exercent leurs activités sous le contrôle direct du secrétaire général. Elles comprennent les structures d’appui et les directions générales. Les structures d’appui comprennent la direction des ressources humaines (DRH), la direction de l’administration et des finances (DAF), la direction des marchés publics (DMP), la direction de la communication et de la presse ministérielle (DCPM), la direction des services informatiques et de la télésanté (DSITS), la direction des archives et de la documentation (DAD), la direction des examens nationaux de fin d’études des personnels paramédicaux et sages-femmes de la formation professionnelle (DEFP), la Direction des du Développement institutionnel et la Direction du contrôle et de la qualité des médicaments; Les directions générales comprennent la direction générale de la santé (DGS), la direction générale de la pharmacie, du médicament et des laboratoires (DGPML), la direction générale des études et des statistiques sectorielles (DGESS) ; Les structures déconcentrées concernent les démembrements du ministère au niveau régional ; Les structures rattachées du ministère sont les centres hospitaliers universitaires (CHU), les centres hospitaliers régionaux (CHR), l’office de santé des travailleurs (OST), le laboratoire national de santé publique (LNSP), la centrale d’achat des médicaments essentiellement génériques et de consommables médicaux (CAMEG), la société de gestion de l’équipement et de la maintenance biomédicale (SOGEMAB), l’école nationale de santé publique (ENSP), le centre national de transfusion sanguine (CNTS), le centre national de recherche et de formation sur le paludisme (CNRFP), le centre MURAZ (CM) et le centre de recherche en santé de Nouna (CRSN) ; Les structures de mission sont des structures crées pour exécuter des missions conjoncturelles ou temporaires du ministère de la santé. Elles comprennent les projets et programmes de développement, la cellule genre, la cellule environnementale et le comité ministériel de lutte contre le SIDA dans le secteur de la santé (CMLS/santé). Une des orientations stratégiques du PNDS est le "Leadership et gouvernance". Cette orientation poursuit l'atteinte de deux objectifs à savoir: 1°) assurer que les mécanismes de coordination et de gestion sont effectivement mis en œuvre pour i) la participation effective de l’ensemble des acteurs y compris les collectivités territoriales, la société civile et le secteur privé et ii) le renforcement de l’alignement et l’harmonisation des interventions autour de la politique nationale de santé ; 2°) assurer la transparence dans la gestion des ressources et la redevabilité. Ces objectifs sont déclinés à travers trois axes d’interventions : (1) Renforcement de la coordination interne des interventions du Ministère de la santé ; (2) Renforcement de la collaboration intersectorielle et du partenariat dans le secteur de la santé ; (3) Renforcement de la régulation, de la normalisation et de la lutte contre la corruption dans le secteur de la santé. Toutes ces actions concourent au renforcement du dialogue sectoriel. En 2015, les différents cadres de concertation au niveau central que sont le CSD, le CASEM, le comité national de gestion des épidémies, le comité national de lutte anti-tabac, le Conseil national de concertation en nutrition (CNCN), Conseil d’administration des CHU ont été tenus. Au niveau déconcentré et périphérique, les CTRS, les CODI, les conseils d’administration des CHR ont également été réalisés. L’adaptation du dispositif organisationnel et managérial aux défis actuels (PPP, FBR, approche sectorielle, décentralisation et autres reformes) est réalisée à travers la relecture de l’organigramme du MS en 2016 par le décret N°2016 753/PRES/PM/MS avec la création de la direction de la logistique et des urgences médicales, la direction du contrôle de la qualité des médicaments et la direction du développement institutionnel.

Schéma de l’organigramme du ministère de la santé.png

Figure 3: Schéma de l’organigramme du ministère de la santé