Comprehensive Analytical Profile: Burkina Faso

From Burkina Faso ONSP

Jump to: navigation, search
Le profil sanitaire complet décrit l’organisation et la gestion du système du système de santé ainsi sa mise en œuvre à travers l’ensemble de ses composantes. Aussi il peint le faciès épidémiologique du pays pour l’année 2015 avec un clin d’œil sur le niveau de réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et l’appropriation des Objectifs de développement durable (ODD). Il est structuré en six chapitres que sont :
  • Introduction au contexte du pays
  • Etat et tendance des indicateurs de santé
  • Système de santé
  • Progrès des objectifs de développement durable
  • Programmes et services spécifiques
  • Déterminants clés de la santé
                                                                                      Télécharger le profil complet ici:  [1]
LocationBurkina Faso.gif

Download the full Taxonomy in PDF

Profil statistique


Introduction au contexte Pays(trT)

Donnees socio demographiques(trT)

Situé au cœur de l’Afrique occidentale, le Burkina Faso est un pays enclavé avec une superficie de 272 960 Km2. Il s’étend entre les 9°20’ et 15° de latitude Nord et les longitudes 2°30’ Est et 5°30’ Ouest, soit environ 820 km d’Est en Ouest et 480 km du Nord au Sud. Le pays est limité au nord et à l’ouest par le Mali, à l’Est par le Niger et au Sud par la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo et le Bénin.

Contexte socioeconomique(trT)

L’économie reste par ailleurs marquée par son caractère peu diversifié et sa grande dépendance de l’importation. L’activité économique est basée essentiellement sur l’agriculture, l’élevage et le commerce. L’industrie reste peu développée. Selon le dernier rapport du PNUD sur le développement humain (IDH 2015), le Burkina Faso est classé 183ème sur 188 pays avec un Indice de développement humain (IDH) estimé à 0,402.

Contexte politique(trT)

Le Burkina Faso, autrefois appelé Haute-Volta, a changé de nom en 1984 sous le régime révolutionnaire instauré en août 1983. Le pays vit actuellement dans un état de droit dirigé par trois pouvoirs : - le Pouvoir Exécutif avec à sa tête un Président élu au suffrage universel; - le Pouvoir Législatif composé d’une chambre, l’Assemblée nationale - le Pouvoir Judiciaire.

Etat de sante et tendances des indicateurs(trT)

Esperance de vie(trT)

Selon le RGPH, l’espérance de vie à la naissance est passée de 48,5% en 1985 à 56,7% en 2006.

Tableau 2 : Tableau récapitulatif de l’espérance de vie à la naissance et taux de mortalité de 1985 à 2006
Espérance de vie à la naissance e0 (en années)
Annee Masculin Feminin Ensemble
RGP 1985 48.2 48.8 48.5
RGPH 1996 53.5 54.1 53.8
RGPH 2006 55.8 57.5 56.7
Taux Brut de Mortalité (‰) naissance e0 (en années)
Annee Masculin Feminin Ensemble
RGP 1985 17.9 17.1 17.5
RGPH 1996 16.3 13.5 14.8
RGPH 2006 12.0 11.3 11.8

Source : Analyse des données du RGPH-BF 2006 et RGPH 1996

Charge de la maladie(trT)

Le profil épidémiologique du pays est marqué par une morbidité élevée due aux endémo-épidémies et à l’augmentation progressive des maladies non transmissibles. En effet, selon l’EMDS 2015, le taux de morbidité est de 10% dans la population générale. Les principales maladies d’importance en santé publique demeurent le paludisme, les infections respiratoires aigües, la malnutrition, le VIH/Sida, les IST, la tuberculose, les maladies non transmissibles ainsi que les maladies tropicales négligées. La prévalence des maladies non transmissibles reste élevée comme l’atteste l’enquête STEPS réalisée en 2013 qui donne une prévalence de 17,6 % pour l’HTA et de 4,9 % pour le diabète.

Tableau 7:principaux motifs de consultations dans les formations sanitaires en 2015 au Burkina Faso
Formations sanitaires de base Centres médicaux et centres hospitaliers
Nosologies Total Porportion (%) Nosologies Total Porportion (%)
Paludisme 7 600 068 48.0 Paludisme 701 570 30.6
Infection respiratoires aigues 3 041 524 19.2 Bronchite 102 493 4.5
Plaies 443 849 2.8 Pneumophatie 94 297 4.1
Affection de la peau 409 687 2.6 Parasitoses intestinales 69 979 3,1
Parasitoses intestinales 394 380 2.5 Plaies 61 519 2.7
Diarrhées non sanguinolentes 361 297 2.3 Carie dentaire et complication 51 109 2.2
Dysenterie 288 109 1.8 Fièvres typhoïdes & paratyphoïdes 36 696 1.6
Ulcère de l’estomac 201 698 1,3 Anémies 35 560 1.6
Conjonctivites 176 950 1.1 H.T.A. 35 184 1.5
IST 154 088 1.0 Conjonctivites 33 387 1.5

NB: Non compris les données du CHU-YO ; Source : tableau de bord, 2015

Progres des objectifs de developpement durable(trT)

Lecons et appropriation des OMD(trT)
Principales realisations dans les OMD lies a la sante(trT)

Les interventions ont porté sur la santé maternelle et infantile, la lutte contre la malnutrition, les maladies évitables par la vaccination, le VIH/SIDA, le paludisme, la tuberculose et d’autres maladies d’intérêt en santé publique. Le niveau de réalisation des objectifs est dressé dans le tableau suivant :

Les questions cles ont entrave la realisation des OMD lies a la sante(trT)

La mise en œuvre des actions en faveur de la réalisation des OMD a connu un certain nombre de contraintes à savoir la mobilisation insuffisante de ressources pour la réalisation des performances, le bas niveau d’alphabétisation, le nombre insuffisant en personnel de santé notamment les médecins dont le ratio est de 1 pour 15518 habitants ce qui est inférieur à la norme OMS qui est de 1 médecin pour 10 000 habitants. En outre le rayon moyen d’action théorique reste toujours élevé (6,2Km).

Visions des ODD au-dela des OMD(trT)

Selon le rapport d’évaluation des OMD, au vue des obstacles rencontrés dans la réalisation des OMD pour mieux réussir les ODD, il faut mettre l’accent sur le plaidoyer pour la mobilisation des ressources nécessaires aussi bien pour les infrastructures, la maintenance que les ressources humaines. Aussi certains aspects qui demeurent transversaux telles, l’alphabétisation et la lutte contre la pauvreté ne doivent pas relégués au second plan.

Actions-activites sur la domestication des ODD dans le pays(trT)

L’année 2015 a aussi vu échoir les OMD au profit des ODD qui restent dans une dynamique d’appropriation par le gouvernement et les différents secteurs. De nombreux référentiels de planification stratégique et opérationnelle sont en révision sinon en phase d’élaboration. Les insuffisances constatées, les contre-performances de l’année 2015, les résultats des évaluations ainsi que les leçons apprises devront permettre de mieux planifier la seconde moitié du PNDS 2011-2020 avec pour plus d’efficacité et efficience.

Les bonnes pratiques et lecons apprises(trT)

Toujours selon le rapport d’évaluation des OMD, de bonnes pratiques ainsi que des leçons ont été enregistrées dans le cadre de la mise en œuvre des plans et programmes pour l’atteinte des OMD. Les principales leçons que l’on peut retenir sont entre autres l’adoption de documents ce qui a permis de redonner un nouveau dynamisme au processus et d’augmenter le taux de réussite vers l’atteinte des objectifs.

ODD lies a la sante(trT)

Le Burkina Faso dans le processus d’appropriation a procédé à une priorisation des ODD. De cette priorisation les objectifs 3.1 ; 3.2 et le 3.3 ont été retenus comme étant de haute priorité et le 3.4 de priorité moyenne.

Autres ODD(trT)

Sur les 17 ODD seulement 4 sont liés à la santé. Selon le rapport général de priorisation des cibles ODD du Burkina, il ressort que sur les 169 cibles 86 cibles sont de première priorité soit 50,89%, 73 cibles sont de seconde priorité soit 43,20% et 10 cibles sont jugées non prioritaires ou de priorité de long termes. Les cibles jugées non prioritaires ou de priorité de long terme portent toutes sur l’ODD14.

Le Systeme de Sante(trT)

Resultats du systeme de sante(trT)

Dans le cadre de la mise en œuvre du PNDS 2011-2020, de la SCADD et des OMD, un dispositif de suivi et d’évaluation a été mis en place. Ce dispositif est organisé autour du comité de suivi du PNDS et des commissions thématiques. A cet effet, un plan de suivi a été élaboré. Il définit les indicateurs de résultats qui permettent de mesurer périodiquement le niveau de réalisation des actions programmées.

Vue d'ensemble et résultats systémiques(trT)

L’objectif général du PNDS 2011-2020 est de contribuer à l’amélioration de l’état de santé des populations. Pour atteindre cet objectif, huit orientations stratégiques ont été retenues. Chacune de ces orientations stratégiques est traduite en objectifs spécifiques, en axes d’interventions et en actions prioritaires.

Leadership et gouvernance(trT)

Le système national de santé comprend le sous-secteur public, le sous-secteur privé et celui de la médecine et pharmacopée traditionnelles. Le leadership du ministère de la santé s’est manifesté au cours de l’exécution du PNDS 2001-2010, dans la définition de politiques et de normes, l’adoption de lois et autres conventions relatives à la santé, l’accroissement de ressources en faveur de la santé grâce au développement du partenariat et la mise en œuvre du panier commun. Dans le domaine de la gouvernance, il a enregistré des progrès notables tant sur le plan organisationnel que fonctionnel.

Contexte et contexte du systeme de sante(trT)

Le système de santé du Burkina Faso hérité de l’aire colonial a connu une grande évolution au fil des années avec parfois des ruptures assez nettes en terme de choix stratégiques. Au cours des années 1970, il était défini dans les plans quinquennaux de développement, une orientation précise pour la lutte contre les endémo-épidémies avec une organisation axée sur la protection de la santé des populations en zones rurales. Cette option se justifiait largement par le profil épidémiologique caractérisé par la prédominance de ces endémo-épidémies (lèpre, rougeole, méningite, trypanosomiase,...). Les stratégies mises en place privilégiaient la mise en place de centres fixes de soins et le développement des équipes mobiles.

Ministere de la sante et autres institutions impliquees dans la sante et les services sociaux(trT)

L’organisation du ministère de la santé est régie par les dispositions du décret n°2015-663/PRES-TRANS/PM/MS du 22 mai 2015 et s’articule autour de deux structures principales que sont le cabinet du ministre et le Secrétariat général. Le cabinet du ministre comprend le directeur de cabinet, les conseillers techniques (CT), l’inspection technique des services de santé (ITSS), la cellule des chargés des missions, le secrétariat permanent du conseil national de santé (SP/CNS), le secrétariat particulier (SP), le service du courrier, le protocole du ministre, la sécurité.

Elaboration de politiques et planification sanitaire(trT)

Au plan national, le pays a adopté des textes traduisant la volonté politique du gouvernement en faveur de la santé et du bien-être des populations et qui sont, entre autres, le Code de la santé publique, le Code de l’hygiène publique, le Code des personnes et de la famille, le code de l’environnement et de l’eau, la politique nationale genre, la loi sur la santé de la reproduction et celle relative à l’infection à VIH.

Reglementation suivi et evaluation(trT)

Dans le cadre de la mise en œuvre du RSI, le Burkina a réalisé plusieurs activités dont les principales sont : La nomination d’un point focal RSI au niveau national ; L’adoption le 31 décembre 2012 d’un décret en conseil de Ministres portant création, attributions, composition et fonctionnement de comités de coordinations de la mise en œuvre du RSI(2005).

Priorites et perspectives(trT)

Sur le plan leadership et gouvernance, la problématique à laquelle il faudra porter une attention particulière au cours de la 2e phase du PNDS 2011-20 couvre les aspects suivants :

Participation communautaire(trT)

Le concept de « santé communautaire » serait apparu dès 1951 à la suite de l’implication de l’OMS dans les programmes de santé des pays les moins avancés. Son émergence date des années 1960, avec comme objectif de repenser l’offre traditionnelle des soins basés sur le modèle médical. En Afrique, le concept s’est imposé depuis la Conférence d’Alma Ata sur les SSP en 1978. La santé communautaire est aussi une approche de résolution des problèmes de santé fondée sur la participation des communautés. Elle devient alors un ensemble d’interventions visant de meilleures conditions et modes de vie, permettant aux individus, aux familles, aux groupes et aux communautés d’avoir une plus grande maitrise de leur santé. En somme, elle est la santé des populations, pour les populations et par les populations.

Participation en tant qu interactions individuelles utilisateurs et fournisseurs(trT)

La participation communautaire se situe d’abord au niveau individuel, cela se manifeste à travers l’utilisation des services de santé et aussi la contribution financière pour bénéficier des soins. La participation à l’échelle individuelle peut être appréciée à travers les différents indicateurs d’utilisation des services et du cout moyen des soins par habitant. Il est important de noter que le système actuel ne prend pas suffisamment en compte le niveau communautaire comme partie intégrante. Toute chose qui rend difficile, la coordination des interventions à base communautaire et leur valorisation dans la dynamique d’amélioration de la santé. Les prestations de soins telles qu’assurées ne facilitent pas une pleine participation du patient et de la communauté à la recherche et au maintien de la santé. La communication soignant-soigné reste insuffisante et les soins sont quasiment centrés sur la maladie, omettant souvent de prendre en compte l’’ensemble des déterminants pour aboutir à une santé durable. Certaines insuffisances constatées dans nos services telles que l’insalubrité, le faible développement du volet promotion sociale et la faible participation communautaire constituent aussi des facteurs défavorables à la santé.

Mobilisation des communautes locales(trT)

La mobilisation des communautés locales se manifeste à travers la participation des leaders communautaires et des crieurs publics, dans la mobilisation sociale des campagnes de masse, ce qui est une forme de contribution non négligeable à l’effort de santé. Ces personnes influentes ont également la capacité de faciliter l’adhésion des bénéficiaires qui sont réticents à l’adoption de certains comportements de bonne santé comme l’observance de traitements, le respect du calendrier vaccinal des enfants, la CPN, etc. L’implication des tradi-praticiens doit être reconnue comme une contribution non négligeable notamment dans le dépistage de certaines maladies comme les PFA et la tuberculose.

Participation de la societe civile(trT)

Elle souffre cependant d’insuffisances importantes dont, entre autres, l’absence de directives claires qui orientant la gestion saine des SBC et le choix biaisé comme ASBC de personnes influentes de la communauté ou de membres de leur famille. La participation communautaire est aussi perçue et apprécié par la contribution des populations à travers leurs représentants et l’exemple le plus illustrant est la création des COGES.

Priorités et feuille de route(trT)

Au regard des nombreuses insuffisances constatées dans la mise en œuvre des actions de santé communautaires, une priorité a été dégagée à savoir le développement et mise en œuvre en œuvre une politique de Santé communautaire. Dans le cadre de la stratégie de promotion de la santé un programme a été proposé à savoir le « Renforcement de la participation communautaire et des IBC ».

Partenariats pour le developpement de la sante(trT)

Partenariat pour la sante et mecanismes de coordination(trT)

Le Gouvernement du Burkina Faso accorde une attention particulière à la coordination et à l’harmonisation des interventions des PTF. Les PTF ont pris conscience de la nécessité de coordonner leurs interventions et d’harmoniser leurs procédures au Burkina Faso afin de mieux participer au développement du système sanitaire.

Harmonisation et alignement en ligne avec l approche des SSP(trT)

L'harmonisation et l'alignement conformément à l'approche des Soins de Santé Primaires sont faits à travers la Déclaration de Ouagadougougou sur les soins de santé primaires et les systèmes de santé en Afrique.

Approches sectorielles(trT)

De nombreux efforts sont fournis tendant à améliorer les systèmes de gestion de l’aide au développement afin de la rendre plus efficace. La plupart des agences de coopération internationale et des bailleurs de fonds bilatéraux, de même que de nombreux pays en développement dont le Burkina Faso, ont ainsi signé en Mars 2005 la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide au développement. Celle-ci repose sur cinq (05) principes : l’appropriation, l’harmonisation, l’alignement, l’orientation vers les résultats et la responsabilité mutuelle.

Cooperation Sud-Sud(trT)

La coopération Sud – Sud vise la collaboration ou les rapports en matière de développement entre pays au profil économique comparable. En effet, de nombreux pays du Sud ont acquis des capacités techniques et un savoir – faire important au fil du temps qu’ils sont en mesure de partager avec d’autres pays de profil économique semblable. Cette forme de coopération est formalisée par des conventions signées entre les Etats partie prenante. Dans le domaine de la santé, le Burkina Faso entretient une coopération Sud-Sud assez dynamique avec l’Ile de Cuba, la République Arabe d’Egypte et le Brésil en termes d’appui en ressources humaines (notamment en personnel médical spécialisé). Dans un passé récent cette coopération Sud-Sud a consisté à un appui en ressources humaines spécialisées en santé en provenance des pays comme le Nigéria et l’Algérie.

Priorités et perspectives(trT)

Les priorités en matière de santé au Burkina Faso sont orientées vers la résolution des problèmes prioritaires déclinés dans le PNDS à travers ses orientations stratégiques.

1. Développement du leadership et de la gouvernance dans le secteur de la santé

2. Amélioration des prestations des services de santé

3. développement des ressources humaines pour la santé

4. Promotion de la santé et lutte contre la maladie

5. Développement des infrastructures des équipements et des produis de santé

6. Amélioration de la gestion du système d’information sanitaire

7. Promotion de la recherche pour la santé

8. Accroissement du financement de la santé et amélioration de l’accessibilité financières des populations aux services de santé


Recherche(trT)

Recherche(trT)

La recherche dans le domaine de la santé est une priorité pour le Ministère de la Santé ; Elle est retenue comme une orientation stratégique du PNDS. C’est ainsi que le pays s’est doté d’un plan national de développement de la recherche pour la santé 2011-2020 en cours d’exécution.

Organisation de la recherche en sante(trT)

L’allocation de ressources financières aux institutions de recherche par le budget de l’Etat et la création du Fonds d’appui à la recherche en santé (FARES) ont permis d’améliorer les capacités de financement de la recherche pour la santé. Sur le plan financier, l’allocation tardive et faible (taux d’allocation de 50% en 2015) des ressources de l’état, la forte dépendance vis-à-vis des financements extérieurs et l’absence de ressources nécessaires dédiées au fonctionnement du FARES ont été les principaux problèmes observés de 2011 à 2015. Plusieurs canaux sont développés ou soutenus par le Ministère de la santé pour la diffusion des résultats de recherche. L’utilisation des résultats de recherche pour la prise décision, le faible niveau de coordination des centres de recherche et la promotion insuffisante des activités de recherche dans les hôpitaux restent des défis importants à résoudre.

Agendas nationaux de recherche et developpement(trT)

Depuis l’adoption du plan stratégique de la recherche scientifique en 1995, les capacités institutionnelles de recherche pour la santé ont été renforcées. Au niveau du département de la santé, on distingue des institutions qui ont la recherche comme mission principale (Centre Muraz, Centre national de recherche et de formation sur le paludisme, Centre de recherche en santé de Nouna,) et des structures de santé qui ont aussi la recherche dans leurs attributions (Laboratoire national de santé publique, Centres hospitaliers universitaires, Centres hospitaliers régionaux, etc.). A cela s’ajoute l’institut de recherche en science de la santé et la Faculté des sciences de la santé de l’université de Ouagadougou, l’école national de santé publique etc.

Systeme de financement de la sante(trT)

Systeme de financement de la sante(trT)
Organisation du financement de la sante(trT)
Modeles tendances et flux de financement des depenses de sante(trT)
Sources de financement(trT)
Mise en commun des fonds(trT)
Dispositions institutionnelles et relations avec les acheteurs(trT)
Mecanismes de paiement(trT)
Priorites et perspectives par rapport au financement(trT)


Offre de services(trT)

Organisation et gestion des services de sante(trT)
Forfait de services(trT)
Fournisseurs de soins de sante publics et prives(trT)
Personnalite et caracteristiques des services de soins de sante primaires(trT)
Transparence et redevabilite(trT)
Qualite des services de sante(trT)
Priorites et perspectives par rapport aux prestations(trT)

Effectifs de sante(trT)

Organisation et gestion des ressources humaines pour la sante(trT)
Modes de remuneration(trT)
Repartition des ressources humaines pour la sante(trT)
Education et formation(trT)
Planification des ressources humaines pour la sante(trT)
Priorites et perspectives(trT)

Produits médicaux infrastructures et equipement(trT)

Produits medicaux(trT)
Infrastructures et equipements(trT)
Biologie clinique(trT)
Du sang(trT)
Priorites et perspectives(trT)

Politiques generales sur la sante au pays(trT)

Apercu des grandes reformes politiques(trT)
Politiques de sante publique(trT)
Politiques dans d autres secteurs et politiques intersectorielles(trT)
Priorites et perspectives(trT)


Couverture universelle(trT)

Cadre organisationnel de la couverture universelle(trT)
Cartographie sanitaire et couverture geographique de l assurance maladie universelle(trT)
Strategie de financement de la sante pour une couverture universelle(trT)
Autres initiatives en faveur de la couverture universelle(trT)
Obstacles a l acces aux services de sante(trT)

Programmes et services specifiques(trT)

VIH-SIDA(trT)
Charge de la maladie(trT)
Engagement et action nationaux(trT)
Domaines de programme(trT)
Connaissance et comportement(trT)
Etat de la surveillance(trT)

Tuberculose(trT)

Fardeau de la maladie(trT)
DOTS expansion et amelioration(trT)
MDR TB-HIV et autres défis(trT)
Contribuer au renforcement des systemes de sante(trT)
Engager tous les fournisseurs de soins(trT)
Permettre aux personnes atteintes de tuberculose et aux communautes(trT)
Etat de la surveillance(trT)
Favoriser et promouvoir la recherche(trT)

Paludisme(trT)

Charge de la maladie(trT)
Politiques et strategies d intervention(trT)
Mise en œuvre du controle du paludisme(trT)
Etat de la surveillance(trT)
Impact des interventions de lutte contre le paludisme(trT)

Immunisation et developpement des vaccins(trT)

Charge de la maladie(trT)
Calendrier d immunisation(trT)
Couverture vaccinale par antigene en 2015(trT)
Composantes du programme(trT)

Sante des enfants adolescents-jeunes et des personnes agees(trT)

Charge de la maladie(trT)
Couverture d intervention(trT)

Maladies tropicales negligees(trT)

Charge de la maladie(trT)
Infection-endemicite de la maladie(trT)
Chimiotherapie preventive(trT)
Couverture specifique aux maladies(trT)
Etat de la surveillance(trT)

Maladies non transmissibles et facteurs de risque(trT)

Charge de la maladie(trT)
Prevention et controle du cancer(trT)
Prevention et controle des maladies cardiovasculaires(trT)
Prevention et controle des maladies respiratoires chroniques(trT)
Controle du diabete sucre(trT)
Sante bucco-dentaire et noma(trT)
Prevention et lutte contre les cellules falciformes et autres maladies genetiques(trT)
Sante mentale(trT)
Violence et blessures(trT)
Sante oculaire et de l oreille(trT)
Handicap et readaptation(trT)
Etat de la surveillance(trT)


Télécharger le profil complet ici: [2]