Forfait de services

From Burkina Faso ONSP

Jump to: navigation, search

• Les services de santé maternelle, néonatale et infantile essentiel sont offerts par plus de 4/5 des formations sanitaires

• Parmi les formations sanitaires habilitées, 64% offrent des services de soins obstétricaux complets, la césarienne comprise

• Les formations sanitaires ont une meilleure capacité à offrir les services de planification familiale et de vaccination;

• Tout comme en 2012, les soins obstétricaux de base et les services de la santé de l’adolescent ont les plus faibles scores de capacité opérationnelle. Ces scores sont surtout influencés par l’insuffisance de personnel formé, de directives et d’un certain nombre d’équipements essentiels.

• En moyenne, entre 13 et 14 des 21 éléments traceurs sont disponibles dans les formations sanitaires

• La plupart des formations sanitaires offrent des services de diagnostic et de prise en charge du paludisme et des IST

• Le service de prescription d’ARV et/ou de prise en charge des patients est offert par 77% des structures contre 54% en 2012

• Les capacités opérationnelles générales des services de traitement et/ou de prise en charge des IST et du paludisme sont les plus élevées

• La prescription d’ARV et/ou le suivi des patients est de 85% pour les hôpitaux de 2e et 3e niveaux de soins

• Moins de 20% des formations sanitaires disposent d’ARV spécifiques pour la PTME

• En moyenne, entre 5 et 6 des 10 éléments traceurs sont disponibles dans les formations sanitaires

Le Gouvernement du Burkina Faso a pris des initiatives pour progresser vers la couverture sanitaire universelle, notamment par l'adoption de la loi de l'assurance maladie, l'exemption au paiement des enfants de 0-5 ans, les femmes enceintes et la création de nouvelles formations sanitaires à tous les niveaux. Les mesures de gratuités existantes concernent certaines prestations (CPN, dépistage du col de l’utérus, SONU, …) et certains biens et services (ACT, ARV…). On note que l’utilisation et la qualité des soins dans les services de santé restent dans l’ensemble en deçà des attentes. En effet en 2014 l’indice d’utilisation des services de santé était de 15,6% contre 20,2% en 2012. Les données indiquent que la qualité des soins de SMI n’est pas satisfaisante, car le counseling, l’éducation de la mère, les soins au nouveau-né et l’adhérence aux directives de prise en charge ne sont pas appliquées (Duysburg, 2013).